> 5% du montant de votre commande sera alloué à notre Projet Sirius (cf. Nos Projets). > 5% de nos revenus seront alloués à notre Projet Sirius pour développer la confiance en elles des femmes

Interview de créatrices

Interview d'Elodie du Rouge Français : "L'avenir des cosmétiques sera végétal"

Interview d'Elodie du Rouge Français : "L'avenir des cosmétiques sera végétal"

Régulièrement, Sarah - co-fondatrice de Sélène Provence - part à la rencontre de créatrices partenaires de notre site pour en apprendre plus sur leur parcours, leur quotidien d'entrepreneures et leurs conseils pour se lancer.

Aujourd'hui, découvrez le profil d'Elodie - fondatrice du Rouge Français - marque de cosmétiques éco-responsables, et notamment de rouges à lèvres aux pigments végétaux. Une interview inspirante ! 


Bonjour Elodie, tu es la créatrice du Rouge Français, peux-tu nous parler de ton parcours avant de lancer ta marque ?

J'ai commencé ma carrière en tant qu'ingénieure en biotechnologies. Mon parcours de plus de 10 ans dans l’industrie Pharmaceutique dans de grands groupes n’a fait que renforcer ma volonté de combattre pour la Santé et surtout pour celle des femmes.

Par passion pour les plantes tinctoriales, je me suis formée auprès de plusieurs scientifiques ayant parcourus le globe et très qualifié.es (Inra, Cnrs). Nous avons d’ailleurs réalisé un très beau reportage lors de notre voyage au Sri Lanka exposant des expert.es renommé.es de ce domaine.


Super intéressant ! Comment se sont passés les débuts du Rouge Français ? Quel a été le déclic, comment l'aventure a commencé ?

Le déclic pour créer une Maison de maquillage naturelle, je l'ai eu lorsque j'étais enceinte de ma fille June. Sentir ce petit être en moi m'a poussé à me dépasser pour que les produits que je mettais sur ma peau soient bons pour ma santé et celle de mon bébé.

J’ai alors commencé à me pencher sur la pigmentation végétale et les plantes tinctoriales, et cela a été une évidence pour moi que l’avenir des cosmétiques serait végétal. Je me suis lancée dans la formulation de mes propres produits cosmétiques grâce à une structure de R&D internalisée avec des certifications Bio COSMOS ORGANIC, VEGAN par la PETA, sans ingrédients controversés et un positionnement premium et luxe unique au monde.

Justement, l'éco-responsabilité est au cœur de ton entreprise : pourquoi cette envie et comment se passe la conception de tes produits concrètement ?

Lorsque l’idée d’utiliser la coloration à base de plantes tinctoriales m’est venue, il était évident pour moi que nos produits devraient représenter au maximum ce côté végétal et vert, tout en étant respectueux de la santé des femmes grâce à leurs bienfaits biologiques.

L’industrie cosmétique est très polluante. En plus des plastiques et huiles, issus de l'exploitation pétrochimique, d’autres produits controversés sont utilisés, comme le MICA, extrait dans des conditions désastreuses par des travailleurs/travailleuses, ou le dioxyde de titane, interdit dans l’agroalimentaire depuis l’année dernière et malheureusement encore présent partout en cosmétiques...

Nous concevons nos produits à base de beurres et cires végétales et de pigments végétaux, issus des plantes tinctoriales. Ce sont des plantes dont nous broyons la partie colorante grâce à un procédé que nous avons breveté, ce qui nous permet d’en extraire les pigments, que nous mélangeons à d’autres pigments issus de plantes afin d’obtenir notre palette de teintes.

Notre engagement en utilisant des ingrédients et des pigments issus de l’agriculture biologiques ou biodiversifiés, participe à l’économie régénérative de demain. Nous sommes l'une des premières start-ups française à parler de ce concept d’environnement et économie régénérative qui va au-delà du durable ou de l’économie circulaire. Ceci se concrétise aussi en amont du processus de vente et va au-delà du sourcing de nos ingrédients car un produit acheté est un engagement d’un arbre planté. Ce montant est reversé à une ONG que nous avons sélectionnée pour son rendement hors norme en remariage d’O2 et contribution à la régénération de la couche d’ozone et diminution de l’empreinte carbone.

 

Avec qui travailles-tu au quotidien (équipe, partenaires, fournisseurs...) ?

Lorsque j’ai décidé de créer Le Rouge Français, mon mari Salem s’est joint à moi dès le début à l’aventure. Nous avons par la suite été rejoints par cinq collaborateurs et collaboratrices, qui s’occupent de la distribution de nos produits, et de la recherche et développement. Nous avons une équipe avec des profils spécialisés, qui sont aussi capables d’être polyvalents, flexibles et avec une réelle motivation sans faille et volonté de contribuer à un grand projet engagé pour notre avenir, notre Santé et celle de notre planète.

Nos ingrédients sont sourcés autant que possible en France, chez des producteurs pratiquant des cultures durables, en biodiversité, et biodiversifiée. Les ingrédients qui ne peuvent pas être obtenus en France, pour des raisons de climat, ou de préservation des écosystèmes sensibles, sont sourcés par notre partenaire Guayapi, qui est acteur du commerce équitable.

Nous avons la chance d’avoir des partenaires fidèles et très performants sur l’ensemble de notre chaîne de valeur du produit allant du Champs aux Lèvres des femmes.


Peux-tu nous parler de ton concept de recharge ?

Le rouge à lèvres traditionnel souffre de son emballage, qui une fois vide, est jeté sans pouvoir être recyclé, car souvent assemblé à base de différents matériaux, compliqués à trier. Aujourd’hui, seuls 9% des déchets plastiques sont recyclés, et 79% sont enfouis dans des décharges.

Nous avons fait le pari de proposer un étui biosourcé à l'huile de ricin, réutilisable à vie, grâce à un système de recharge interchangeable, en aluminium. Il s’agit d’une technologie déjà utilisée dans le sport et nous offre un matériau transparent, très résistant et élégant. Une innovation mondiale éco responsable et inédite.

D'un point de vue créatif, comment choisis-tu les teintes que tu lances pour tes rouges à lèvres ?

Je suis une grande passionnée d’art et de haute couture, qui m'inspire lors de la recherche et la création de nouvelles teintes.

Notre fer de lance étant la coloration aux plantes tinctoriales, issues de cultures ancestrales, c’est tout naturellement que nous nous sommes inspiré.es de la nature pour créer nos teintes de rouges à lèvres, qui portent des noms de couleurs mythiques en peinture, comme l’Alizarine, ou encore des noms de lieux incontournables, comme le volcan Mauna Loa, qui inspire notre rouge à lèvres aux pigments d’hibiscus.

Nous avons dans notre équipe une passionnée de littérature, de voyages et une collectionneuse inconditionnelle de rouges à lèvres et sa plume de grande qualité nous permet de sélectionner des noms évocateurs, qui font voyager et rêver.

Les teintes correspondent à une large gamme de Pantone que la nature nous offre mais ce sont aussi des teintes phares et essentielles du trousseau de maquillage des femmes actuelles. Ce Pantone végétal allant du rouge, prune, nude rose, beige, orangé au marron. Nous pouvons même créer du bleu, vert, jaune ou noir mais cela reste moins usuel en rouges à lèvres date.

Nous sortons actuellement notre gamme Indigo Céleste pour les yeux, qui est elle inspirée du monde des étoiles et des constellations, qui tiennent leur noms de mythes de l’antiquité.

En tant qu'entrepreneure, à quoi ressemblent tes journées ? Quel est ton quotidien ?

Mes journées sont intenses, car en plus du Rouge Français, je suis également ingénieure et maman. Je jongle entre ces différentes casquettes. C’est une expérience enrichissante. J’ai un planning très varié, et en tant qu’entrepreneure je dois être capable d’être sur tous les fronts lorsque nécessaire.

Au programme : des relations investisseurs, des médias publics, du contrôle qualité, de la recherche et développement, mais également des interviews et des entretiens avec nos partenaires. Je suis plutôt une couche tard et je travaille beaucoup la nuit.

 


Quels ont été les obstacles dans ton aventure entrepreneuriale et comment as-tu réussi à les surmonter ?

Les obstacles relèvent du quotidien des entrepreneurs et on ne choisit pas ce métier par hasard. Un.e entrepreneur.e aime les challenges, résoudre des problèmes et se surpasser.

Un des plus gros obstacles a été bien évidemment le COVID non prévu dans notre business plan mais cela nous a appris à être encore plus flexibles. Nous sommes aller chercher plus de moyens financiers afin d'accélérer le lancement des nouveaux produits, de notre gamme regard Indigo Céleste et de sortir du masque. Le déploiement de notre marque à l’international nous a aussi permis de s’affranchir un temps du retail français qui a beaucoup souffert de cette crise.


Quels ont été les moments les plus marquants de l'aventure ?

Bien évidemment la création de notre premier rouge à lèvres fonctionnel, qui a été la pierre angulaire de notre aventure. C’était le premier défi, proposer un produit qui respecte notre vision de la beauté, qui se veut naturelle et végétale. Cela nous a montré que notre projet était réalisable.

Cette première réussite nous a également offert un autre moment marquant, lorsque nos premiers investisseurs ont décidé de nous faire confiance. C’était une preuve que d’autres personnes que nous, croyaient en notre projet et voulaient le voir se développer.

Notre sélection au concours National de la BFM Business académie a aussi été un moment mémorable.


Comment vois-tu la suite pour le Rouge Français ? As-tu des projets pour la fin d'année dont tu peux nous parler ?

Nous souhaitons poursuivre notre engagement dans l’économie régénérative, et promouvoir cette nouvelle façon de produire et de consommer, qui m’est chère et dont j’estime être une nécessité pour le bien être de notre planète.

Nous allons poursuivre le développement de nos teintes et la création de nouvelles gammes, afin de proposer un panel de maquillage le plus complet possible et pourquoi pas étendre nos activités dans d’autres secteurs afin de promouvoir notre innovation coloration végétale.

Il ne suffit plus maintenant d’être pionnier de notre secteur cosmétique en coloration végétale mais de rester leader.


As-tu des conseils pour d'autres femmes qui aimeraient se lancer elles aussi dans l'entrepreneuriat ?

C'est un pari fou et une prise de risque mais qui ravive chaque jour la flamme de la vie. L’hyper-motivation quotidienne que procure l'entrepreneuriat amène une énergie incroyable.

Il faut savoir s’entourer, recruter que les meilleur.es et celles et ceux qui ne comptent pas leurs heures, celles et ceux qui sont animé.es par les mêmes buts que vous.

Il ne suffit pas de lire des livres sur comment mieux s’organiser car lorsque l’on est entrepreneur.e la priorisation des tâches devient un concept obsolète. Il faut plutôt se persuader mentalement que la montagne est franchissable et que c’est pierre par pierre que l’on arrive à la déplacer.

S'il y a un livre à lire ce serait « les 38 stratagèmes pour avoir toujours raison » de Schopenhauer. Une pépite de l’art oratoire qui vous prouve que tout est possible en négociation.

Il est important aussi d’aller chercher des mentors inspirant.es et qui peuvent partager vos rêves. Aujourd’hui avec les réseaux sociaux les Business Angels et les personnes qui sont plus Anges que Business sont accessibles et peuvent vous conseillez dans vos projets.

Et pour finir n’écoutez pas ceux qui vous diront que c’est impossible car lorsqu’il y a une volonté, il y a toujours un chemin.

 

Merci infiniment Elodie pour ton temps précieux, ton retour si enrichissant et de nous avoir partagé tes conseils d'entrepreneure ! Longue vie au Rouge Français ! 

Laisser un commentaire